Matexi

't Groen Kwartier : après 17 ans, cette enclave est devenue un quartier animé

25 novembre 2020

Le quartier anversois 't Groen Kwartier a insufflé une nouvelle vie aux environs, a rendu les espaces verts accessibles à tout un chacun et a revalorisé les bâtiments historiques de l'ancien hôpital militaire. Ce fut un travail de longue haleine : en 2003 déjà, la Ville d'Anvers décidait de transformer le site déserté depuis 10 ans alors en quartier résidentiel. Matexi a remis il y a peu les clés aux derniers nouveaux occupants. Wouter Coucke, Acquisition & Development Director chez Matexi, a dès le début été très impliqué dans le projet. Revenons avec lui sur cette expérience.

« En 2005, nous remportions avec notre partenaire Vanhaerents le concours organisé par la Ville d'Anvers en vue de transformer l'ancien hôpital militaire en un quartier résidentiel animé. En 2006, nous posions enfin les premiers jalons de 't Groen Kwartier tel qu'il est aujourd'hui », explique Wouter Coucke.

À l'époque, ce quartier populaire de Berchem n'avait que peu de caractère. « En raison des hauts murs et des portails qui entouraient l'ancien hôpital militaire, une grande partie du site était littéralement sous clé. Les habitants du quartier passaient sans cesse à côté sans savoir ce qui se cachait derrière ces murs. Désormais, des pistes cyclables et des chemins pour les piétons traversent 't Groen Kwartier et on y trouve un vaste parc. Même les personnes qui ne vivent pas sur place en profitent avec plaisir. »
 

Une équipe peu conventionnelle pour un quartier à l'identité forte

Afin de développer un quartier avec une identité forte, il convient parfois de faire des choix audacieux. Et c'est assurément ce qu'ont fait Matexi et ses partenaires à 't Groen Kwartier. 

Nous avons ainsi dès le début décidé d'interdire le site aux voitures. Wouter Coucke : « En 2006, c'était assez unique. Mais nous estimions qu'on ne pouvait parler de "vivre dans un parc" si des voitures circulent dans ce parc. D'autant plus que nous voulions créer un lieu pour les familles avec enfants. »
 

Autre décision notable : la Ville d'Anvers partait du principe que le site pouvait accueillir jusqu'à 500 logements, mais nous avons rapidement décidé de limiter ce chiffre à 404. « Nous aurions peut-être pu faire davantage de bénéfices en vendant plus de surfaces habitables, mais cela aurait nuit à la qualité des logements et au cachet du site », poursuit M. Coucke.

La manière dont le projet a été lancé sur le marché était également une nouveauté en 2006. « Le nom 't Groen Kwartier a été un choix mûrement réfléchi », se souvient-il. « Ce nom génère un sentiment d'appartenance et, au final, c'est ce qui reste après que nous, le promoteur, sommes partis. C'est lorsque le quartier a commencé à s'animer que nous en avons tiré la plus grande satisfaction. Nous avons aussi vite remarqué que d'autres commençaient à utiliser le nom pour parler du quartier. »

Tout cela prouve que 't Groen Kwartier a atteint son but en tant que projet de développement urbain qualitatif et a pu faire usage à juste titre d'un fonds de rénovation urbaine. La revalorisation du site patrimonial est bénéfique aux environs. En témoignent également le RES Award qu'a remporté le projet et la nomination aux MIPIM Awards qu'il a décrochée.

Un mix équilibré de personnes, d'affectations et de styles

Un quart des plus de 400 logements de 't Groen Kwartier sont des logements sociaux, 150 unités ont été mises en vente en tant que logements abordables avec un prix plafonné et les 150 biens restants sont des logements résidentiels avec un prix conforme au marché. Wouter Coucke : « Cela crée un mix équilibré d'habitants, tant au niveau de l'âge que du milieu social. »

Toutes ces personnes très différentes trouvent tout ce dont elles ont besoin à deux pas de leur porte. Jeunes et moins jeunes peuvent profiter tranquillement du parc. Les établissements horeca et les bureaux y ont également trouvé une place et de plus en plus de magasins branchés font leur apparition dans le quartier. Cet environnement autrefois sans caractère se transforme en un nouveau lieu incontournable d'Anvers.

 Même les bâtiments de 't Groen Kwartier forment un ensemble équilibré où se côtoient bâtiments historiques et nouvelles constructions modernes.

Un patrimoine précieux

Wouter Coucke : « Il faut faire preuve de beaucoup de prudence quand vous vous trouvez face à un monument protégé. Lorsque le projet a débuté, nous avons commencé par chercher où résidait exactement cette valeur patrimoniale. En accord avec les services de la Ville concernés, nous avons remis le site dans son état d'origine, datant de 1907. Les ajouts ultérieurs ont été démolis. Nous avons préservé le maximum des bâtiments principaux, et pas toujours uniquement les façades protégées. Les ajouts que nous avons apportés restent « lisibles » dans l'architecture. C'est ainsi qu'est né un bel équilibre entre l'architecture et la fonction originales et la nouvelle affectation. Le Maître d'œuvre flamand Erik Wieërs, qui vient tout juste d'être désigné à ce poste, était également à la base de ce principe. »

Le remplacement des vitraux qui se trouvaient dans la chapelle centrale en sont un bel exemple. Afin de pouvoir héberger le restaurant The Jane dans le bâtiment, Wouter Coucke et les architectes ont consulté le service du patrimoine immobilier de la Ville d'Anvers. « Alors que nous nous attendions à ne pas pouvoir toucher aux vitraux, il est apparu que c'étaient surtout les croisillons qui étaient caractéristiques. Nous les avons donc évidemment conservés, mais le verre a été remplacé par une création de Studio Job, avec des motifs colorés visuellement attrayants. Les nouveaux vitraux isolent aussi bien mieux que ceux d'origine. Un plus en matière d'efficacité énergétique. »

La toute dernière partie de 't Groen Kwartier vient d'être vendue : le Poortgebouw, un magnifique monument protégé de style Biedermeier. Il a lui aussi été réaffecté, ce qui met pleinement en valeur le bâtiment.

Des idées progressives

Wouter Coucke se rappelle encore très bien le quartier tel qu'il était en 2006. « Lorsque je me suis rendu sur place pour la première fois, les mauvaises herbes poussaient même à l'intérieur des bâtiments. Certaines parties étaient sacrément délabrées. Tout ce qui avait encore une certaine valeur avait été enlevé dix ans auparavant, sans accorder beaucoup d'attention à la valeur des bâtiments. »

Matexi et ses partenaires ont établi un processus de consultation avec les différents services de la Ville impliqués. « Regrouper les avis de toutes les personnes concernées en une seule vision de développement claire pour le site n'a pas été une tâche évidente », se souvient M. Coucke. Même le quartier était impliqué dans le développement : nous avons mis sur pied, entre autres, un trajet de participation pour savoir comment les habitants voulaient que le domaine public soit aménagé.

« Dans un projet de cette envergure, il est aussi normal de parfois changer d'avis. Il est difficile de s'en tenir à un même plan pendant dix ans. Nous avions un projet global, mais nous en complétions les détails zone par zone. Lorsqu'on passait à une nouvelle zone, nos architectes portaient parfois un regard critique sur leurs propres idées datant d'il y a quelques années, de sorte que le tout restait conforme aux idées les plus récentes. »

De simple quartier, créer un sentiment d'appartenance à ce quartier

Développer des quartiers où les gens se retrouvent : telle est notre spécialité. Nous nous y sommes immédiatement attelés à 't Groen Kwartier, avant même d'avoir posé une seule brique. Comment ? En optant délibérément pour un nom qui convient au projet ainsi que pour un logo et un site web qui lui sont propres. Mais ce n'est pas tout.

Wouter Coucke : « En 2006 déjà, nous avions invité des associations d'explorateurs urbains à venir découvrir et photographier le site abandonné. Au cours des années qui ont suivi, nous avons mis un point d'honneur avec nos codéveloppeurs à organiser régulièrement des événements sur le site afin d'y insuffler de la vie. Nous avons ainsi aménagé un restaurant éphémère dans la chapelle : il a rencontré un franc succès. Cela nous a permis d'engager le dialogue avec la Ville quant à l'ouverture d'un restaurant fixe. The Jane est aujourd'hui devenu une institution et un véritable pôle d'attraction d'Anvers. »

Les habitants se sont entre-temps chargés de mettre l'ambiance : 't Groen Kwartier excelle dans les barbecues et les fêtes de quartier. Ils ont également leur propre journal local. Même durant le confinement, qui fut pénible pour de nombreuses personnes, le sentiment d'appartenance au quartier s'est révélé être très fort. 

Articles apparentés