Vie durable

Comment refroidir et chauffer des habitations ? Grâce à l'énergie du sol bien sûr !

24 août 2022

D'une part, la flambée des prix de l'énergie contraint les ménages à réfléchir à la consommation énergétique du chauffage et de la climatisation d'une habitation. D'autre part, le changement climatique nous oblige à limiter notre impact sur la planète. Nous avons plus que jamais conscience de l'importance de la transition énergétique, c'est-à-dire du passage à une énergie renouvelable ou verte. En tant que développeur de quartiers durables, nous cherchons également en permanence à réduire les émissions de CO2 des logements de nos quartiers. Passer des sources d'énergie fossiles, non renouvelables (comme le gaz naturel) à des sources d'énergie renouvelables constitue une étape importante. L'énergie provenant du sol est l'une de ces sources d'énergie durables.

Grâce à la géothermie, nous utilisons d'une part la chaleur du sol pour chauffer les habitations et l'eau sanitaire. D'autre part, nous pouvons refroidir les logements en été avec le froid stocké dans le sol. Dans la pratique, nous installons une pompe à chaleur géothermique qui extrait la chaleur du sol et la redistribue dans l'habitation (pour le chauffage et l'eau sanitaire). L'été, la pompe à chaleur extrait la fraîcheur du sol pour refroidir les logements de manière passive.

Énergie verte, facture énergétique réduite et confort : autant d'atouts

Lorsque la capacité d'un quartier est suffisante, nous pouvons aménager un réseau de chaleur sous terre, lequel nous permet de chauffer un plus grand quartier de manière durable avec à la clé une réduction annuelle des émissions de CO2 des habitations pouvant aller jusqu'à 70 %. Dans un réseau de chaleur, l'énergie issue du sol est donc utilisée collectivement et nous distribuons la chaleur ou la fraîcheur à toutes les habitations du quartier, en général par le biais d'une pompe à chaleur (individuelle ou collective).

En plus d'être écologique, il s'agit d'un système de chauffage et de refroidissement écoénergétique présentant un coût énergétique stable et faible pour les résidents du quartier. Les coûts de chauffage mensuels pour un propriétaire ne varient en effet pratiquement pas et sont inférieurs à un raccordement au gaz. Chaque ménage y gagne donc à trois niveaux : il bénéficie d'un confort accru du fait que le logement peut également être refroidi, il paie moins chaque mois et il contribue de manière positive au climat grâce à des émissions réduites.

En réalisant des quartiers résidentiels n'utilisant pas d'énergie fossile, nous proposons en tant que développeur de quartiers durables une solution à la fois au problème du climat et de l'énergie sans que les ménages ne perdent en confort.

Lire la suite sous la vidéo.

Un quartier sans énergie fossile dans la pratique

Nous utilisons l'énergie du sol dans de plus en plus de quartiers pour chauffer les logements en hiver et les refroidir en été. Ce sera par exemple le cas dans notre futur quartier Laar situé dans la ville de Geel.

Tim Peeters, Project Developer : « Le quartier résidentiel Laar à Geel est le premier quartier de Campine qui utilisera intégralement la chaleur et la fraîcheur provenant du sol pour le chauffage et le refroidissement. Nous y réaliserons dans les années à venir 55 maisons et 61 appartements qui seront raccordés à un réseau de chaleur. À Laar, aucune habitation ne sera donc raccordée au gaz naturel. Nous posons ainsi un choix conscient en faveur d'une installation bonne pour la planète, l'être humain et le portemonnaie des résidents. Les émissions de CO2 seront réduites au maximum, tandis que les habitants jouiront d'un confort accru grâce à la climatisation gratuite et paieront également moins au bout du compte. »

Laurens Roothooft, Project Engineer : « Comment cela fonctionne-t-il concrètement ? Grâce à des forages, nous pouvons stocker la chaleur et le froid dans l'eau souterraine (système de stockage d’énergie de chaleur et de froid ou ATES-Aquifer Thermal Energy Storage). Nous regardons vers l'avenir en optant pour une solution durable dans une région où la composition du sol convient particulièrement à la géothermie. »

Des immeubles de bureaux, des hôpitaux ou des bâtiments industriels plus vastes utilisent depuis longtemps déjà la géothermie et le stockage du froid et de la chaleur dans le sol. Néanmoins, la technologie n'est pas encore très répandue dans la construction résidentielle. Parmi les principaux freins, il y avait le prix et le manque de réglementation. Le gouvernement flamand a comblé ce manque en instaurant un cadre réglementaire plus clair en 2019 ainsi que des mesures d'aide pour l'énergie verte. C'est grâce à cela qu'un réseau de chaleur est désormais aussi accessible aux quartiers résidentiels.

L'échevin Bart Julliams : « C'est à Geel que sera installé le premier réseau de chaleur de Campine à l'échelle d'un quartier. La ville dispose d'un plan d'action clair en matière d'énergie et de climat et se penche depuis longtemps sur la mise en œuvre de réseaux de chaleur sur son territoire. Avec des projets tels que celui-ci, nous montrons qu'il est possible de relever les défis de demain au moyen de techniques ayant déjà fait leurs preuves, mais qui sont souvent délaissées en raison de leur coût. Le quartier résidentiel Laar sera construit au sein du tissu urbain existant et combinera des aménagements propices à la cohésion – tels qu'un parc et un local de quartier – à des solutions en faveur de la durabilité, notamment une utilisation parcimonieuse de l'espace, des toitures vertes, des oueds, une attention pour la biodiversité, etc. Autant d'éléments qui s'intègrent parfaitement dans notre plan stratégique pour la création de futurs quartiers au sein de notre ville. Nous espérons que des projets tels que celui-ci pourront servir d'exemples à d'autres. »

Technologie innovante de 5e génération

Michaël Verbiest, Sales Engineer chez IFTech, expert en installations géothermiques et notre partenaire à Geel : « C'est un réseau de chaleur de "5e génération" qui sera installé à Geel. Contrairement aux réseaux de chaleur de 4e génération (qui utilisent essentiellement la chaleur résiduelle ou la géothermie profonde, où de l'eau à une température plus élevée est transportée dans des tuyaux isolés), un réseau de chaleur de 5e génération fonctionne avec des températures plus basses. Il se caractérise par des déperditions limitées durant le transport, peut également fournir un refroidissement passif et peut en outre être relié à un autre réseau à l'avenir.

Nous prélevons ici le froid ou la chaleur du sol à seulement 90 mètres de profondeur. Ensemble avec le plus grand développeur de quartiers de Belgique, nous sommes ravis de pouvoir mettre notre expertise au service de ce projet en collaboration avec nos partenaires. Le réseau de chaleur sera opérationnel d'ici fin 2023 et nous pourrons alors accueillir les premiers résidents. »


En savoir plus par rapport à comment nous chauffons nos quartiers de manière durable

Articles apparentés